A+ / A-

Baba Marta, le jour de la martenitsa

Baba Marta

Le 1er mars tous les Bulgares portent et offrent une "martenitsa" [martenica], en guise de porte bonheur. Celle-ci est fabriquée avec des fils rouges et blancs en laine, en coton ou en soie. Santé, prospérité, bonheur ! La tradition veut que l'on porte la "martenitza" autour du poignet, sur le revers de la veste ou dans la poche jusqu'à l'apparition du printemps. Une des versions de cette tradition bulgare qui remonte à très loin :

Après une bataille glorieuse, sous une tente, khan Asparukh discutait avec ses soldats de ses proches et de sa maison lointaire. Soudain le pigeon voyageur envoyé par sa petite soeur bien aimée atterrit fatigué sur son épaule. Il portait attaché sur son aile un message sous forme d'un fil. Le fil avait blessé l'aile du pigeon et le sang avait coloré le fil. Khan Asparukh (le fondateur du premier royaume bulgare en 681) détacha le fil et le mis à son poignet. Tous les soldats firent de même. C'était un 1er mars.

Une autre version :

Khan Asparukh avait promis d'envoyer à sa femme un fil blanc lié à la patte d'un pigeon dès que la bataille se serait terminée pour l'informer de la victoire. Au cours de cette bataille très longue et pénible Khan Asparukh fût bléssé au bras et des gouttes de sang tachèrent le fil blanc. Ce fût ainsi que nacquit la première martenitsa, signe de victoire et de prospérité. C'était un 1er mars.

Depuis, chaque année la martenitsa représente la santé, le bonheur et le printemps heureux.

La martenitsa (martenitza, martenica, martenitchka) la plus simple est celle composée d'un fil rouge et d'un fil blanc en laine. On la porte attachée autour du poignet.

La martenitsa se présente sous plusieurs formes et de différentes tailles : en pompon, en petites boules, en petits personnages (le garçon Pijo et Penda la fille). Certains la portent à la boutonnière comme une broche ou la rangent dans le porte-monnaie. Le 1er mars on souhaite "Tchestita Baba Marta" (Heureuse grand-mère Mars) .

On raconte encore.... :

Grand-mère Marta sort avec sa petite fille Martitchka emmener les brebis au pâturage. Elle tricote. Martitchka joue avec les agneaux. Soudain, un vent très fort souffle et fait s'envoler le tablier de la petite fille. La petite fille commence à pleurer. Les buissons s'étaient colorés avec les filaments rouges et blancs du tablier. Pour la calmer, Baba Marta récupère les filaments blancs et rouges, les torsades et les enroule au poignet de Martitchka, ainsi quautour du cou des agneaux. Les amies de Martitchka arrivent. Baba Marta leur offre également des petits bracelets. C'était un 1er mars.

Le personnage de grand-mère Marta puise ses sources du milieu des paysans agriculteurs : quand elle sourit le soleil surgit et la neige fond. Quand elle n'est pas de bonne humeur, la terre se glace. A l'origine c'était surtout les enfants qui portaient la martenitsa jusqu'au jour où ils voyaient une cigogne ou un oiseau migrateur.

A ce moment on accroche la martenitsa sur un arbre fruitier ou on la cache sous une pierre.

Source : Bulgaria - France association